Un tour de la Séville Juive

Article de nôtre client le blogger Eytan Uliel, traduit au Français:

https://www.eytanuliel.com/2015/06/12/latest-post-a-tour-of-jewish-seville/

Alcazar à Séville

Au fil des années, j’ai visité de nombreux sites d’intérêt juif, anciens et nouveaux. J’ai vu pas mal de quartiers juifs, musées, des synagogues, des sites historiques, d’événements, des ghettos et des monuments commémoratifs. Des lieux qui, de diverses manières, m’ont inspiré, déprimé, dérouté ou réconforté. Parfois même toutes ces choses, toutes en même temps. Donc, désormais, quand il s’agit de «voyage juif», il me faut beaucoup pour vraiment me surprendre. C’est pourtant exactement ce qui s’est passé lors de ma récente visite à Séville, capitale de l’Andalousie, dans le sud de l’Espagne. Et de tous les endroits visités, m’a frappé un parking souterrain, le croiriez-vous?

Mais d’abord, une brève leçon d’histoire :

Les Juifs se sont d’abord installés à Séville à l’époque romaine; autres sont arrivés au cours du 6ème siècle, alors que la ville était sous domination catholique-wisigothe.

Au 8ème siècle, les maures ont envahi la péninsule et, pendant les 500 années suivantes, Séville a fait partie d’un empire islamique couvrant le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et la Péninsule Ibérique. En 1248, l’armée de Ferdinand III réunit la ville a l’Europe chrétienne.

Pendant toute cette période, la communauté juive de Séville s’est concentrée dans une zone appelée Juderia. Il y avait des magasins juifs, des écoles, des synagogues, des tribunaux, des abattoirs, des cimetières et toutes les autres conditions nécessaires à la vie commune organisée. À bien des égards, la Juderia était un prototype de ghetto: une partie distincte de la ville, entourée de son propre mur et adjacente au palais de l’Alcazar. Ainsi, était assurée la protection royale des Juifs de la ville et en même temps assuré un « tampon » pratique entre le palais et la population en période de troubles civils.

La communauté a prospéré , atteignant environ 6 000 personnes, soit environ 10% de la population de la ville. Séville a produit de grands rabbins, théologiens et érudits.

Les Juifs occupaient de hautes fonctions à la cour royale; il y avait d’éminents hommes d’affaires, scientifiques et médecins juifs. En bref, à l’époque (et j’entends par là il y a environ 1 000 ans), Séville était l’un des grands centres du monde juif et les juifs étaient actifs dans tous les aspects de la vie civique.

Mais lorsque la domination de Séville est passée des maures à l’équipe de Ferdinand III, la situation s’est détériorée rapidement. Sans la protection de l’État, comme à l’époque de la domination musulmane, les attaques contre les juifs de Séville sont devenues fréquentes. Les financiers juifs en particulier ont fait l’objet de poursuites (et souvent d’exécutions). Les responsables de l’Église ont de plus en plus insisté pour blâmer «les Juifs» pour tous les torts du monde. Cela vous semble familier, n’est-ce pas?

Le 6 juin 1391, l’affaire fut résolue lorsque, sous l’insistance de l’archidiacre de Séville, Ferrán Martínez, une émeute anti-juif éclata. Une foule en colère s’est déchaînée dans le quartier juif et en une nuit, a tué 4 000 personnes, soit environ les deux tiers des Juifs de la ville. La plupart de ceux qui ont survécu ont rapidement accepté le baptême. Et en une nuit 1400 ans de vie et d’histoire juives à Séville ont été anéantis.

Cinq ans plus tard, Enrique III, roi à l’époque, remit la Juderia au Gouverneur de la ville et à son majordome, en guise de remerciement d’avoir aidé à régler le «problème juif» de la région. L’Église a également pris part aux dépouilles et, au cours du processus, les synagogues ont été converties en églises, les rues ont été renommées et le caractère juif du quartier a été complètement effacé.

Malgré tout, une petite communauté d’environ 300 juifs à continué a vivre à Séville, dans la peur et, littéralement, sous surveillance armée. Il y avait aussi des Juifs «secrets», qui s’étaient convertis au christianisme, mais gardaient en privé leur identité et leur pratique juive.

Puis l’Inquisition arriva: un tribunal religieux parrainé par l’État, chargé de contrôler les récents convertis au catholicisme. Séville est devenue le banc d’essai de l’Inquisition, où l’on raffine ses méthodes: répression, brutalité, peur, torture et infâme « autodafé » (brûlage vif sur le bûcher). Les Juifs secrets de Séville ont beaucoup souffert, beaucoup d’entre eux étant «démasqués» et mis à mort.

En parallèle, la reconquête de l’Espagne et les manigances politiques associées ont vu le roi Ferdinand II d’Aragon épouser la reine Isabelle de Castille en 1469, unifiant ainsi l’Espagne sous un même régime pour la première fois depuis des siècles. Ayant besoin d’un bon bouc émissaire pour détourner l’attention des problèmes économiques et désireuse de rallier son pays nouvellement unifié autour d’une cause commune, Isabelle a désigné les Juifs comme « l’ennemi ». Cela vous semble familier, n’est-ce pas?

Cela a perduré jusqu’en 1492 lorsque Isabelle ordonne le célèbre décret offrant aux juifs d’Espagne un menu de trois choix: se convertir, partir ou mourir. Sans surprise, beaucoup ont choisi l’option deux. Cela incluait les restes de la communauté juive de Séville qui, déjà décimés après un siècle de persécution, ils rejoignirent l’exode. Certains ont fui en Europe. Mais la plupart d’entre eux ont traversé le détroit de Gibraltar et ont rejoint les communautés juives du Maroc et d’Afrique du Nord, bénéficiant de la sécurité relative offerte aux juifs par le monde islamique à cette époque. Cela vous semble peu familier n’est-ce pas?

Et dans toute cette histoire se cache un petit morceau de moi. Vous savez, à peu près à la même époque, la famille de ma grand-mère paternelle s’est retrouvée d’Andalousie à Tanger, puis de là à Fès. Pendant des centaines d’années, sa famille a conservé son «héritage espagnol», parlant le ladino (judéo-espagnol) à la maison et se tenant à l’écart des «locaux». C’est-à-dire les Juifs de la région, comme la famille de mon grand-père paternel, qui était au Maroc depuis des siècles, qui parlait arabe et qui avait assimilé depuis longtemps l’apparence, les couleurs et les manières de vie des berbères et des maures. En tout cas, c’est la raison pour laquelle j’ai été particulièrement intéressé à essayer de me connecter au passé juif de Séville. Ce n’était pas seulement un intérêt dans un sens général, mais aussi quelque chose qui me semblait personnel. Un « retour au pays », bien que 500 ans après les faits.

J’ai réservé un guide spécialisé, Francesco, pour une promenade d’une demi-journée axée sur la Séville juive. Nous l’avons rencontré au milieu de l’après-midi, après la sieste, devant la célèbre cathédrale de Séville. Cela me semblait un peu paradoxal, étant donné qu’il n’y a absolument rien de juif dans cette merveille gothique (et la troisième plus grande église du monde). Mais Francesco voulait commencer ici pour une raison spécifique.

«Regarde bien, dit-il en désignant la Giralda, le clocher de la cathédrale, haut de 105 mètres. Remarquez comment la partie supérieure de la tour est gothique et baroque, alors que la partie inférieure est islamique? C’est parce que la tour était à l’origine le minaret d’une mosquée qui se trouvait ici, construite par le même architecte qui a construit la Koutoubia à Marrakech. Puis, lorsque les chrétiens ont reconquis Séville, ils ont ajouté un élégant sommet et le tour est joué! Maintenant c’est le clocher de la cathédrale, mais si vous bloquez mentalement le toit, vous verrez alors la mosquée d’hier et non la cathédrale d’aujourd’hui. » Il a poursuivi: «Quand-t-on regarde Séville à travers des yeux juifs, c’est pareil. Tout ce qui est juif a été recouvert donc si vous voulez « voir » Séville juive, vous devez utiliser votre imagination pour écarter les couches de temps. Si vous louchez, vous ne verrez pas ce qu’il y a, mais ce qu’il était autrefois. » Une touche zen, pensai-je, mais qui reste une excellente introduction pour commencer notre balade. Nous sommes partis et, pendant les heures qui ont suivi, nous nous sommes promenés dans les ruelles pavées et étroites du quartier de Santa Cruz d’il y a environ huit cents ans. J’étais aussi fatigué qu’un écolier lors d’une excursion excitante sur le terrain, sans savoir quelles merveilles je pourrais trouver.

Pendant que nous marchions, Francesco signala des choses d’intérêt juif. Comme une ruelle qui servait d’entrée principale au ghetto fortifié il ya plusieurs siècles. Il nous a invités à l’imaginer à l’époque, une énorme porte fermée du crépuscule à l’aube dans la ruelle, enfermant les Juifs pour la nuit. Ou un bâtiment blanchi à la chaux très ordinaire, donnant sur une rue calme. Encore une fois Francesco a fait appel à notre imagination apparemment, dans ce bâtiment, en 1481, seize familles juives ont été emprisonnées puis incendiées à mort par l’Inquisition. Il a poursuivi: « Quand-t-on regarde Séville à travers des yeux juifs, c’est pareil. Tout ce qui est juif a été recouvert. Donc, si vous voulez « voir » la Séville juive, vous devez utiliser votre imagination pour écarter les couches de temps. Si vous louchez, vous ne verrez pas ce qu’il y a, mais ce qu’il était autrefois. »

Dans une autre rue, nous sommes arrivés devant un petit muret de peut-être deux mètres de diamètre qui selon Francesco, est la seule partie restante de ce qui était autrefois le mur qui entourait le ghetto.

Nous avons mangé au Tapas Bar « Levies » de la rue Levies et, au coin de la rue, nous nous sommes arrêtés pour prendre une photo d’un édifice d’apparence palatiale, une ancienne maison de Samuel Halevi (Levies), trésorier royal de Séville dans les années 1320 et l’un des plus puissants juifs de la ville de l’époque. Aujourd’hui, c’est un immeuble de bureaux.

Nous avons visité les jardins de la Casa de la Juderia, un hôtel moderne composé d’une vingtaine de maisons entourées d’une cour et reliées les unes aux autres qui se trouvaient autrefois dans le centre du quartier juif de Séville, une partie essentielle des biens immobiliers confisqués par Enrique III et offerts à ses compagnons en hommage au massacre de Juifs en 1391. Aujourd’hui, l’hôtel appartient toujours à un descendant de un de ces bons gars.

Francesco identifia la position de chacune des quatre synagogues de Séville. Elles ont étés réutilisés avec le temps, de sorte qu’il ne reste plus que des souvenirs. L’exemple le plus frappant est la place Santa Cruz, un espace ouvert agréable bordé d’arbres centenaires et entouré de manoirs majestueux. Cependant, à l’origine, un temple romain se trouvait là. Cela a été converti en mosquée à l’époque mauresque. Lorsque les musulmans ont quitté la mosquée, ils ont été remis aux juifs de la ville et utilisés comme synagogue. Après le pogrom de 1391, il fut transformé en église, puis converti en ambassade par les Français laïcs. Enfin, en 1881, deux millénaires d’histoire ont été littéralement rasés, pour laisser la place au carré actuel.

Il faisait chaud, et après avoir visité l’église Santa Maria Blanca (un autre fantôme, dans une vie antérieure, elle était l’une des synagogues de Séville, adjacente à la place du marché du quartier juif), Francesco a suggéré de prendre une pause, dans un bar.

Nous sommes entrés dans le bar, qui était petit et plutôt vide. Cela ressemblait à un trou d’arrosage local: quelques assiettes de tapas, une jambe de jambon fumé suspendue au plafond, une télévision au-dessus du bar à l’écoute du football et un homme derrière le comptoir servant des boissons. Nous nous sommes tenus au bar et Francesco a souligné le mur du fond. «En fait, je ne t’ai pas simplement amené ici pour prendre un verre. Vous voyez cet espace dans le mur sous les bouteilles et l’imprimante ? Il nous mène à la cave du bar. Ce qui se trouve être les restes du mikvah (bain juif rituel) qui servait autrefois à la synagogue de l’autre côté de la rue. Il a ensuite expliqué: «Lorsque les propriétaires de ce bar avaient besoin de plus d’espace de stockage, ils ont commencé les fouilles et découvert les ruines du mikvah. Ils a, au moins, sept cents ans. Personne n’a rien dit, parce que personne ne se soucie vraiment des ruines juives ici. Ils viennent de le transformer en débarras. Ainsi, la bière et le vin de ce bar sont stockés dans le seul site de mikvah à Séville.

J’ai lentement siroté ma limonade au bar, en essayant d’imaginer le mikvah qui opérait autrefois juste en dessous de l’endroit où nous nous trouvions. C’était légèrement frustrant que tout ce qui était juif à Séville semblait compter seulement sur l’imagination et sur la capacité de reconstruire mentalement quelque chose d’il y a huit cents ans dans mon esprit. Mais c’était aussi excitant de savoir que j’aurais pu passer devant ce bar des milliers de fois et n’avoir jamais su que dans son sous-sol se trouvait une ruine historique juive. Maintenant, je me sentais comme un explorateur, dans un endroit secret que personne d’autre ne connaît.

Vers la fin de la visite, alors que la température commençait à se refroidir et que le soleil commençait à se coucher, nous avons longé la rue Cano y Ceuto, ce que Francesco a indiqué suivre le chemin de ce qui était autrefois le mur extérieur du ghetto juif. Il a mentionné que pendant des centaines d’années, les Juifs de Séville avaient enterré leurs morts de l’autre côté du mur, juste à l’extérieur de la ville.

Nous sommes arrivés à l’entrée d’un parking souterrain dans la rue Cano y Cuento, et Francesco a fait signe de manière inattendue qu’il fallait rentrer. Nous avons donc descendu trois volées d’escaliers jusqu’à ce que nous nous trouvions dans un espace sombre et humide. Il était rempli de véhicules et sentait le moût et les vapeurs d’essence. « Quand ils ont commencé les fouilles pour ce parking il y a environ quinze ans, ils ont trouvé des tombes juives ici », a déclaré Francesco « … des centaines et des centaines de tombes juives. Bien sûr, tout le monde savait que le cimetière juif était là, car le mur du ghetto passait juste au-dessus de nous, mais personne ne s’en souciait. » J’ai regardé autour. J’ai vu des voitures, des motos et un camion, mais pas de tombes. Francesco a répondu à ma question avant que je la puisse poser. « Ce qu’ils ont fait de toutes les tombes est un mystère. Le parking était plus important que l’histoire juive. Personne ne sait où se trouvent les tombes. Il ne reste plus que ça… », dit-il en brandissant son iPhone pour montrer une image en noir et blanc du site de fouilles et rangée après rangée de tombes. «… Et cela», poursuivit Francesco indiquant une Audi.

Je devais avoir l’air perplexe parce que Francesco m’a dit que je devais contourner l’arrière de la voiture. J’y suis allé et, à quelques mètres derrière le tuyau d’échappement de la voiture, protégé par une baie vitrée allant du sol au plafond et illuminé par l’éclairage au néon éteint du parking, se trouvait une seule tombe. Elle était faite de pierres patinées, seul dans la poussière où il avait été déterré. En plus de cela, il y avait une petite tuile de style espagnol, avec une étoile de David bleue et blanche. Francesco a expliqué: «Même si la ville a décidé d’effacer tout un cimetière juif pour laisser la place à un parking, quelqu’un a pensé qu’il serait judicieux de laisser cette tombe en place. C’est donc la seule tombe juive restante à Séville. ”

J’ai pensé à cette tombe juive solitaire pendant des jours et des semaines.

Je pensais à quel point cela avait été étrange de se trouver dans un parking souterrain, en regardant le seul petit fragment qui reste de l’ancien cimetière juif de Séville. Tandis que toutes les voitures entraient et sortaient, leurs pneus crissant dans le noir, leurs conducteurs tout à fait inconscients du fait qu’ils conduisaient littéralement dans un cimetière. Je pensais à quel point j’étais soulagé de l’avoir vu. A la fin, j’ai trouvé quelque chose de tangible dans le passé juif de Séville. Quelque chose de réel, c’était plus qu’un écho que je devais reconstruire dans mon esprit. Je pensais que c’était incroyablement triste. Comme il est déchirant de savoir que le dernier vestige non altéré des mille ans d’histoire juive de Séville est une pierre tombale unique, nichée sous la terre dans un parking, non marquée et non célébrée.

Je pensais combien il est étonnant que même huit cents ans de guerres, d’inquisitions et d’expulsions n’aient pas réussi à effacer tout ce qui était juif de Séville. Peu importe que les choses aient été dissimulées et remodelées au fil du temps, parce que l’histoire et l’histoire sont toujours là et le seront toujours. Vous avez juste besoin de savoir où et comment regarder. Mais surtout, j’ai pensé à quel point le monde du voyage pouvait être étrange et merveilleux. Parmi toutes les choses incroyables à faire et à voir à Séville, j’avais ressenti le besoin de rechercher tous les vestiges du passé juif de la ville. Que ce voyage m’ait amené sur une tombe juive solitaire: ancienne, presque oubliée, et seule dans le plus inattendu des lieux. Un tas de vieux rochers poussiéreux dans un parking souterrain, et pourtant je me suis senti émotif et connecté.

Que puis-je ajouter? Parfois, être juif est difficile à expliquer.

 

Un tour de la Séville Juive