La Antigua, l’Ancienne

Est-ce que vous connaissez l’ile des caribes britanniques Antigua-et-Barbuda ? Son nom espagnol a été accordé par Christophe Colomb en 1493, en l’honneur de la « Virgen de la Antigua » (la Vierge de l’Ancienne), dont l’image se trouve dans une des chapelles de la cathédrale de Séville. Quant au nom de Barbuda, il fait référence aux « barbes » qui pendaient de ses palmiers.

La chapelle de la Vierge de l’Ancienne est la plus remarquable, une église dans l’église, qui a été remaniée et agrandie à travers le temps. Elle devait faire face aux événements qui se préparaient car la Vierge de l’Ancienne, qui préside cette chapelle, est adorée aussi bien á Séville qu’en de nombreux pays d’Amérique Latine.

La Vierge de l’Ancienne se trouvait déjà dans l’ancien temple-mosquée (c’est à cela qu’elle doit son nom), peinte sur le pilier qui se trouvait là où il y a aujourd’hui la grille d’entrée, et regardant vers l’intérieur. Elle fut installée à l’endroit actuel en 1578, sous la direction de l’architecte Asensio de Maeda. Il s’agit d’une peinture en fresque, plus grande que nature, avec des connotations iconographiques de l’art byzantin.

Une légende raconte que saint Ferdinand put pénétrer une nuit à Séville avant de la conquérir en 1248 et qu’il pria devant cette image. La Vierge teint une rose dans sa main droite et l’Enfant tient un oiseau. Trois anges l’accompagnent dans la partie supérieure. Entre les deux d’en bas, la couronne en relief avec laquelle l’image fut canoniquement couronnée par l’évêque Ilundain le 24 novembre 1929, lors de l’Exposition Ibéro-américaine de Séville. Le roi Philippe II voulut une copie de cette peinture dans la chapelle du Real Alcazar sévillan ou on peut encore l’admirer : on pourra les visiter ensemble !

Photo : les pèlerins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle (suivant le « camino de la plata » qui part de Séville)  avec notre guide-conférencier Patrik.

La Antigua, l’Ancienne