Art et Histoire d’Andalousie (intro)

L’histoire millénaire de cette terre peuplée depuis la Préhistoire a laissé un immense héritage artistique, visible dans toute l’Andalousie.

Sites archéologiques remarquables, magnifique architecture arabo-musulmane, palais de la Renaissance et églises baroques, châteaux et alcazars, palais seigneuriaux et œuvres majeures de l’architecture industrielle forment un patrimoine extraordinaire, avec plus de 30 000 sites protégés, inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, et leurs magnifiques ensembles historiques.

La richesse des sites archéologiques d’Andalousie atteste  l’importance de cette région du sud de l’Europe depuis l’Antiquité. Un territoire convoité par diverses cultures attirées par ses ressources minières, commerciales et de la pêche, ainsi que par la clémence de son climat. Les grottes touristiques d’Andalousie sont d’un intérêt particulier, tant pour leur richesse archéologique que pour leur beauté géologique. Soulignons les magnifiques peintures rupestres de la Caverne de Nerja (Málaga), le Tajo de las Figuras (Benalup-Câdiz) et la Grotte des Écriteaux (inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO). Les dolmens d’Antequera (province de Mâlaga), les dolmens de Valencina de la Concepciôn (province de Sevilla) et le parc mégalithique de Gorafe (province de Granada) sont de magnifiques exemples du phénomène mégalithique en Andalousie.

Les cultures ibériques succédèrent au royaume mythique de Tartessos, laissant à la province de Jaén un patrimoine archéologique unique au monde, avec d’imposantes villes fortifiée telles que Cástulo (Linares), des nécropoles telles que celle de Cerrillo Blanco de Porcuna et des vestiges de batailles qui changèrent le cours de l’histoire. Avec la présence romaine, le territoire connu sous le nom de Bétique s’intègre dans le vaste monde civilisé et y restera pendant sept siècles. Il apportera à l’Empire des produits tels que le vin, les métaux, les huiles et le garum, outre des figures majeures telles que le philosophe cordouan Sénèque et les deux premiers empereurs nés hors de la péninsule italique: Trajan et Hadrien.

Dans les provinces de Côrdoba, de Sevilla et de Cadix, qui étaient situées sur le tracé de l’ancienne Via Augusta, les principaux vestiges de l’Empire ont été conservés, notamment les villes d’Itâlica (Santiponce-Sevilla) et de Baelo Claudia, au pied de la plage de Bolonia, à Tarifa (province de Cadix).

Apparaissant au VIIIe siècle et se terminant à la fin du XVe siècle, la présence musulmane laissa une profonde empreinte en Andalousie, encore visible dans le tracé des villages et des villes, et au travers de constructions qui ont reçu, pour leur splendeur et leur valeur emblématique, le titre de site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Citons notamment la mosquée-cathédrale de Cérdoba et l’Alhambra, et El Generalife de Granada. L’héritage andalou est également visible au travers de monuments tels que la haute Giralda sévillane, l’Alcâzar de Jerez de la Frontera (province de Câdiz), l’enceinte foftifiée de Niebla (province de Huelva), les bains arabes de Baza (province de Granada) et de Ronda (province de Mâlaga), ainsi que la fastueuse cité palatine de Madinat al-Zahra, construite au pied de la Sierra Morena de Cordoba.

Les luttes pour le territoire entre musulmans et chrétiens donnèrent naissance à des châteaux, à des tours et à des alcazabas (dans les provinces de Guadix, Loja, Almerfa et Mélaga), tant sur la côte qu’à l’intérieur des terres. Citons le château d’Almodôvar del Rio (province de Cordoba), qui est admirablement conservé et constitue le site touristique de référence pour son offre thématique à disposition du visiteur. La province de Jaén revêt une coloration particulière. En effet, elle possède un réseau de forteresses unique en Europe, avec d’impressionnants châteaux, à l’image du château de Bafios de la Encina ou du château d’Alcaudete.

L’année de la Reconquista chrétienne de Granada (1492), Christophe Colomb quitte le port andalou de Palos de la Frontera, à Huelva, et se dirige vers l’Amérique. Le centre de gravité économique et politique du monde change, marquant le début de l’âge d’or de l’Andalousie. Sevilla devient port des Indes et le centre névralgique de l’ Empire espagnol, possédant à cette époque des bâtiments majeurs tels que l’Archivo de Indias (inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO) ou encore l’ancienne Casa Lonja des marchands sévillans.

Cadix prendra la place de Sevilla dans les échanges avec l’Amérique, exerçant une hégémonie économique bien visible au travers de la construction de monuments tels que la Chartreuse de Jerez, ainsi qu’au travers des nombreux palaces et maisons seigneuriales construites dans la capitale, à Sanlücar de Barrameda et à El Puerto de Santa Maria.

Les chrétiens apportèrent également avec eux le style gothique, que l’on retrouve au travers des églises et des imposantes cathédrales, telles que celle de Sevilla (inscrite au patrimoine mondial de l’UNESC0), édifice gothique le plus grand d’Europe après la basilique Saint-Pierre de Rome et celle de Saint-Paul de Londres. Il s’agit d’un style qui cohabita avec le style Renaissance naissant et avec le style mudéjar visible au travers d’œuvres magnifiques telles que la synagogue de Cordoba, la maison de Pilate (Sevilla) et les Reales Alcâzares de Sevilla et leur salle des Ambassadeurs.

Modèle classique importé d’Italie, la Renaissance ne commencera à triompher dans la péninsule qu’à l’arrivée de Charles Quint, qui symbolise l’entrée dans le monde moderne. L’Andalousie ne fit pas exception. L’une des œuvres fondamentales de la Renaissances andalouse est sans aucun doute le palais de Charles Quint de Granada, auquel s’ajoute deux édifices pionniers en Espagne, deux châteaux transformés en magnifiques palais de la Renaissance.

Le château-palais du marquis de Los Vélez (Vélez Blanco), dans la province d’Almeria, et le château-palais de La Calahorra, dans la province de Granada. Mais le style Renaissance andalou atteint indéniablement son apogée dans les villes de Baeza et d’Úbeda, dont les ensembles monumentaux sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Aucune autre région espagnole n’entre aussi rapidement dans la période baroque que l’Andalousie. Le nombre d’églises et de palais construits ou rénovés au cours des XVIIe et XVIIIe siècles est impressionnant. À Jerez de la Frontera, la Chartreuse Santa Maria de la Defensiôn est à voir absolument. Un autre monastère, dans la ville de Granada cette fois, peut se vanter de posséder l’un des autres monuments majeurs de ce style en Espagne: le monastère de La Cartuja.

Parmi les splendides exemples du baroque à Sevilla, citons Carmona, Marchena, Écija, Osuna et Fuentes de Andalucía, où se trouve le centre d’interprétation du baroque de la ville de Fuentes de Andalucía. Pour finir, n’oublions pas d’évoquer la Subbétique cordouane, qui rassemble dans différentes communes des exemples significatifs du baroque cordouan. Le village de Priego de Côrdoba est considéré comme la capitale de cette représentation artistique.

Art et Histoire d’Andalousie (intro)