La Corrida des toureaux à Séville

La corrida moderne doit ses fondements aux jeux taurins organisés pour divertir la noblesse espagnole au Moyen Âge. Cette théorie est sans cesse contestée par certains qui affirment que les courses de taureaux trouvent aussi des fondements plus anciens parmi les jeux du cirque du moyen age et nombreux sont les historiens de la corrida qui réfutent l’hypothèse d’une origine romaine.Les premières courses de taureaux dont on ait connaissance datent des fêtes royales données par Alphonse II des Asturies en l’an 1815.

arenes sevilleLes arènes de la Real Maestranza de Caballería de Séville (Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla en espagnol, souvent appelée La Maestranza) sont les arènes de la ville espagnole de Séville, en Andalousie. Bâties entre le XVIIIe et le XIXe siècles, elles sont la propriété de l’institution militaire laïque qui leur donne leur nom, la Real Maestranza de Caballería.Réputées par leur architecture caractéristique, elles constituent un des monuments les plus appréciés des touristes qui visitent la ville chaque année1. Elles furent d’ailleurs classées monument historique en 19842.Elle est en effet pour beaucoup la plus belle et la plus élégante de toutes les arènes d’Espagne.

Surtout, de par leur histoire la place de Séville dans le monde taurin et les arènes représentent un des hauts lieux de la corrida en Espagne, et accueillent une des plus importantes ferias au monde, la fameuse Feria de Abril.

Pour assister a une corrida vous pouvez si vous le souhaitz acheter vos tickets en ligne sur les site officiel.

 

Vous pourrez également acheter vos tickets sur place à l’entrée des arènes.Les prix varient selon les différentes place que vous choisrez, au mieux vous serez placé et plus le prix sera élevé. Les tarifs varient de 20€ à 200€

 

Corrida à Séville

corrida seville toureauxLa corrida est un spectacle qui se joue grace a un matador et un taureau avec différentes étapes jusqu’à la mise à mort du taureau. Les différentes étapes :

Le paseo

Il s’agit donc du fameux défilé de présentation avec en tête de cortège les alquaziles ( les policiers des arènes , photo ci-dessous ) . La musique est très liée à la corrida , elle rythme tous les événements , du défilé à la mort du taureau .

Viennent ensuite les matadors , le picador , les peones et enfin le train d’arrastre.

 

La lidia

La corrida implique 3 matadors qui affrontent chacun 2 taureaux , soit un total de 6 combats ( les pauvres taureaux ne jouent qu’une fois). Le temps de chaque combat est d’environ 15 minutes car au bout d’un quart d’heure , la brave bestiole se doute bien qu’il y a anguille sous roche et ne fonce plus sur le bout de chiffon rouge , la muleta , mais sur le mec ( c’est pas con un taureau quand même ) . En fait , il y a plusieurs sons de cloche quant au temps imparti .Chaque combat comporte 3 phases , les tercios .

 

Premier tercio

Les peones commencent par faire quelques passes avec leur capote ( leur cape en Français ) afin de jauger le taureau et de l’énerver un petit peu . Au même titre que pour le matador , il existe différentes passes plus ou moins appréciées par le public , le torero doit se tenir le plus près possible de la bête .

Ce tercio est entièrement consacré aux banderilleros qui ne sont autres que les peones qui ont troqué leur cape contre une paire de banderilles

Les peones commencent par faire quelques passes avec leur capote ( leur cape en Français ) afin de jauger le taureau et de l’énerver un petit peu . Au même titre que pour le matador , il existe différentes passes plus ou moins appréciées par le public , le torero doit se tenir le plus près possible de la bête .

Ce tercio est entièrement consacré aux banderilleros qui ne sont autres que les peones qui ont troqué leur cape contre une paire de banderilles

Deuxième tercio

Ce tercio est entièrement consacré aux banderilleros qui ne sont autres que les peones qui ont troqué leur cape contre une paire de banderille.

Chaque banderillero « pose » une paire de banderillas sur le dos du taureau , soit trois paires de banderilles . Le geste doit être effectué avec grâce et facilité pour obtenir des applaudissements . Si toutefois il ne parvient pas à les planter sans qu’elles restent accrochées , il recommence , ce qui ne plait pas forcément au taureau . En cas d’accident , les autres peones restent toujours présents pour détourner l’attention de la bête avec leur capote .

Troisième tercio

Enfin le matador arrive pour ce que l’on appelle la faena de muleta . Il s’agit d’une série de passes pour laquelle il faut également en connaître les subtilités pour l’apprécier à sa juste valeur . Si le torero est à l’aise avec le taureau , qu’il peut le toucher et prendre le dessus , le public sort un olé à chaque passe , c’est génial !

A propos de la couleur rouge de la muleta , il s’avèrerait que le taureau ne distingue pas les couleurs mais seulement des nuances de gris … c’est bête , ça casse le mythe ! Il ne foncerait donc pas sur la couleur rouge mais sur les mouvements . C’est la raison pour laquelle le matador secoue toujours la muleta avant qu’il ne charge .

Bon en tout cas , les minutes voire les secondes sont comptées pour ce brave taureau … à ce stade le matador n’attend plus que la musique pour passer à l’ultime phase : l’estocade ou en d’autres termes , la mise à mort !

Dans le cas où le taureau tarde à mourir , intervient le puntillero qui ,l’aide d’un poignard , l’achève . La photo est un peu floue mais ça donne une idée du coup fatal .

le public estime que le matador a fait une belle prestation , chacun peut sortir un mouchoir blanc et l’agiter de façon à influencer le président de l’arène pour qu’il reparte avec une , voire les deux oreilles du taureau

Puis le matador salue le public ainsi que la tribune présidentielle .
La corrida est finie , il ne reste plus qu’à ramasser la dépouille du taureau grâce au train d’arrastre qui est en fait une chaîne à laquelle on accroche la bête puis elle est trainée à très vive allure par deux chevaux avec un dernier passage au centre de la piste et évacuée

Pour info , le taureau est mangé après la corrida , la viande est semble-t-il excellente . En effet , le taureau est élevé en toute liberté et nourri à l’herbe et compléments alimentaires naturels . Dans le temps , la carcasse appartenait au torero et l’oreille du taureau était coupée afin qu’il reconnaisse sa bête à la boucherie après la corrida . Depuis , la tradition continue mais sous forme de récompense.

Article : https://jemecasseausoleil.blogspot.com/

Mais saviez vous que la corrida est également présente dans plusieurs régions du sud de la france ?

Je vais vous parlez de la jolie ville d’Arles qui comme les espagnols organisent la feria de abril , ou vous pouvez également assister a plusieurs representation de corrida.

ARLES : Ville de feria

La Feria d’Arles est une fête populaire centrée sur la tauromachie se tenant chaque année à Arles . Elle est organisée depuis 1965 par le Comité de la Feria pour accompagner les spectacles taurins par diverses manifestations de rue, festives, populaires, gratuites et ouvertes à tous

La feria pascale se tient chaque année en avril. Elle ouvre la saison tauromachique française et attire 500 000 visiteurs pour 50 000 aficionadosqui assistent aux corridas dans les arènes romaines de la ville. Des abrivados et jeux taurins sont organisés lors de la Feria. Les , bodegas (bars en plein air ou en caves avec musiques festives) qui font vivre le centre ville et des concerts sont planifiés pour animer la ville en fête.

Au fil des ferias, Arles s’est beaucoup investie dans les corridas à cheval qui font désormais arènes combles. Ces rejóns allient la tauromachie et le spectacle équestre. Un des meilleurs rejoneadors .

En 2015, la feria de Pâques a rendu hommage au matador avec la participation de ses deux fils : le matador Manzanares (José María Dolls Samper)

Durant les 3 jours de Fetes vous pouvez assister à une ou plusieurs corridas qui ont lieu ces jours ci . Le déroulement d’une corrida à Arles est identique à celui décrit précedement .

Vous pouvez reservez vos billet en ligne :

http://billetterie.arenes-arles.com/ ou sur place directement.

Des lachers de taureaux ont également lieu , il s’agit d’une course entre les habitant qui consiste à attrapé le taureau qui est escorté par des cavaliers. Vous pourrez retrouvet le programme en ligne ou sur place.

Vous trouverez également des stand de paela, sandwich, churros …. ainsi que des bars animés a fin de prendre l’apero et de s’amuser.

Alors si vous etes francais ou de passage en France nostalgique de toute les traditions espagnols et particulierement celle de la feria de abril , je vous conseille de passer par la ville d’Arles qui est une ville très riche de patrimoine et traditions qui vous rappelera l’Espagne.

ANDY-YOUNES-toreroAndy Younes jeunes Arlésiens passionnés depuis sont plus jeune âge a été élu 64ème matador Français à l’âge de 20 ans ou il a participé à sa première corrida lors de la feria d’avril 2018 à Arles dans sa ville natale.

Ce jeune matador qui a etait formé au sein de l’école taurine d’Arles puis formé par le maestro Juan Bautista qui lui permit de se rendre nombre de fois au campo afin de continuer de progresser.
Au cours de l’année 2016, le petit Andy a peu à peu laissé place à un jeune homme rempli de projets, de rêves mais aussi de certitudes et de détermination, pour preuve le début et la fin de cette « temporada » mais aussi les chiffres.

L’aficion a pu voir l’Arlésien faire, entre autres, dix paseos dans des arènes de première catégorie ce qui l’a propulsé au rang du novillero qui a effectué le plus de paseos cette saison en arènes de première et qui a coupé le plus d’oreilles dans ce type de « rue do », dont deux à Valence, trois à Nîmes, deux à Mont de Marsan, une à Béziers, une à Arles ou encore deux à Saragosse.
L’année 2017 fu la plus importante dans sa carrière : l’aboutissement du projet à devenir Matador de Toros.

La temporada 2017, a vu s’affirmer le jeune Younes, aussi bien dans les Arènes importantes françaises et espagnoles que dans des villes et villages de la planète taurine, Valdemorillo (Espagne), Olivenza (Espagne), Illescas (Espagne), Valence (Espagne), Samadet, Cabezuela del Vallée (Espagne), Arles, Las Matas (Espagne), Séville (Espagne), Madrid (Espagne), Nîmes, Captieux, Boujan-sur-Libron, Tarascon, Hagetmau, Cella (Espagne), Bayonne, Calasparra (Espagne), Villaseca de la Sagra (Espagne), Villa Del Prado (Espagne), coupant 20 oreilles; et ouvrant 7 grandes portes.

La Corrida des toureaux à Séville