Le fleuve Guadalquivir

Les Romains le baptisèrent « Betis » (comme l’actuelle équipe de football de Séville) et les Arabes « Grand Fleuve » (Guad-al-Quivir) mais, quel que soit son nom, il a toujours été l’âme de l’Andalousie.

Le Guadalquivir est e seul grand cours d’eau de la péninsule (670 km de log) qui ne traverse que l’Andalousie. Les puissants affluents des chaînes Bétiques ont progressivement déplacé son lit qui coule désormais au pied de la sierra Morena. 

Le Guadalquivir prend sa source dans la sierra De Cazorla (Jaén), à 1600 m d’altitude. Il parcourt ensuite un petit trajet montagneux avant de s’enfoncer dans la dépression Bétique, poursuit sa descente de Cordoue à Séville (de 100 à 10 m d’altitude), puis devient navigable après avoir reçu les eaux du Genil, Il débouche enfin dans l’océan Atlantique en formant une immense zone marécageuse, Doñana, que les Romains baptisèrent Lacus Ligustinus.   

De nombreuses crues ont inondé Séville, motivant en 1948 la déviation du fleuve vers l’ouest. Le lit original du fleuve dans la ville, relié avec le fleuve par un canal en aval du port fluvial, est donc devenu une darse, qui a pris le nom de « canal Alphonse-XIII ». Il a fallu attendre l’Exposition universelle de 1992 pour que la darse soit à nouveau partiellement ouverte vers le nord.             

Les affluents de la sierra Morena (Viar, Bembézar, Guadiato) sont courts, mais ils ont une forte puissance érosive ; ceux des chaines Bétiques (Guadiana Menor et Genil entre autres) ont un débit bien plus important. Avec ses 657 km de long, il est le 5e fleuve de la péninsule Ibérique. Il draine un bassin de près de 58 000 km.            

Pas seulement en Espagne nous avons le Guadalquivir : il existe aussi le « Nuevo Guadalquivir », qui c’est une rivière du sud de la Bolivie qui traverse la ville de Tarija, capitale du département du même nom. Ce fleuve doit son nom au fait qu’il avait quelques similitudes avec « notre » fleuve Guadalquivir : c’est en effet Luis de Fuentes y Vargas, un « conquistador » sévillan, du quartier de Triana, qui le baptisa avec se nom emblématique (tout comme la région « Nueva Andalucía »). De cette façon, il pouvait ainsi se souvenir de ses origines et de la beauté de Séville et sa région : comme vous verrez, des lieux uniques au monde !

 

Le fleuve Guadalquivir